Double ou simple plateau ?

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’un vélo pour goûter aux joies du gravel et participer à la prochaine édition de Nature is Bike, un dilemme se pose d’entrée, double ou mono plateau ? Voici quelques conseils pour vous guider dans votre choix.

Vous l’avez remarqué sur les vélos gravel, la transmission des vélos se décline en deux systèmes qui possèdent chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Même s’il n’existe pas de vérité première et que chacun d’entre vous peut s’accommoder plus facilement d’un système ou d’un autre, des éléments comme votre niveau, votre type de pratique, les terrains de jeu et aussi votre passé de cycliste devraient influencer votre choix sur le nombre de plateaux à adopter sur votre vélo.

Trois groupes de composants se partagent aujourd’hui le gros du marché du gravel, Sram, Shimano et Campagnolo. La marque Rotor propose elle, une offre plus restreinte.

La marque américaine Sram propose le mono plateau avec le nouveau groupe XPLR, la marque nippone Shimano les deux systèmes avec le groupe GRX et l’italien Campagnolo un seul et unique avec le goupe Ekar.

Le mono plateau : la culture vélo tout terrain


Sur les portions techniques le mono plateau s’impose ©Sram

Hérité de la pratique du vélo tout terrain, le mono plateau présente l’avantage de n’avoir à actionner qu’une seule commande pour changer les rapports :  le levier qui agit sur le dérailleur arrière pour changer les pignons de la roue libre. En termes d’ergonomie c’est donc un plus, surtout sur les terrains qui nécessitent d’incessants changements de rapports (ruptures de pentes fréquentes, pilotage sur single track, terrains chahutés…). A titre d’exemple, la première partie du parcours Gold of Legend, peu roulante avec ses parties techniques convient bien au mono-plateau.  Pour les débutants, le mono plateau est aussi une bonne entrée en matière en apportant plus de simplicité en situation. Il en va de même pour les randonneurs.

En termes de performances, le mono plateau offre un étagement des rapports plus espacés. Il est parfois plus difficile de trouver son rythme en raison des écarts trop importants de dentures entre les pignons.  Campagnolo avec son groupe Ekar a tenté d’atténuer ces écarts en proposant une roue libre à 13 vitesses et SRAM qui faisait cohabiter mono et double plateaux sur ses groupes AXS offre avec son nouveau groupe mono plateau XPLR une cassette 12 vitesses aux dentures inférieures mieux étagées pour mieux gérer les portions de bitume.  Shimano reste quant à lui sur une cassette à 11 pignons.

Autre détail dont il faut tenir compte : les dentures du plateau qui peuvent varier de 30 à 48 selon les marques. Un petit plateau associé à un très grand pignon à l’arrière vous permettra de passer des pentes à fort pourcentage. C’est un élément important au moment de l’achat, même si vous pouvez aisément acquérir un plateau supplémentaire que vous adapterez en fonction des parcours.


Le tout nouveau groupe SRAM XPLR est conçu pour faire douter les aficionados du double plateau. ©Sram

Poids : avantage mono plateau.

Sur les portions techniques le mono plateau s’impose ©Sram

En termes de poids, avec un plateau, une commande et le dérailleur avant en moins votre transmission s’en trouve allégée. Pour les adeptes de la compétition qui font la chasse au gramme superflu c’est un élément qui peut compter au moment du choix. Pour les autres, inutile de dépenser des fortunes pour alléger son vélo sur le poste de la transmission.

Du côté de la maintenance, le dérailleur et le câble avant en moins pour ceux qui ne sont pas en électronique, vous vous épargnez un réglage supplémentaire. Même chose pour le nettoyage. Sur son nouveau groupe XPLR, le système de transmission électronique Sram eTap se passe de câbles. En ce qui concerne les tarifs, à niveau de groupe équivalent, on aurait tendance à dire que les groupes mono plateau sont généralement moins chers.

Le double plateau : une affaire de routier


Avec ses plateaux de 43 et 30 dents, le double plateau AXS eTap Force du groupe SRAM a la préférence des « routiers » et adeptes de parcours roulants

La pratique du vélo gravel étant particulièrement variée, pour ceux qui optent pour la compétition pure et dure on se saurait trop vous conseiller le double plateau qui permet un meilleur étagement des vitesses sur la cassette avec des sauts de dents moins importants entre chaque pignon.

Il est ainsi plus facile de régler son rythme de pédalage sur les portions roulantes ou sur le bitume. Les longues portions de la Vélo Francette de Gravel of Legend abordées en groupe avec prise de relais seront mieux gérés par une transmission double plateau. Il sera ainsi plus facile d’ajuster la bonne cadence de pédalage.

Au niveau des performances sur terrains difficiles, le fait d’avoir un petit plateau pouvant descendre jusqu’à 30 dents et une grosse couronne de 42 voire 44 sur la cassette vous rend la vie plus facile sur les pentes abruptes. Les adeptes du Bike Packing y trouveront aussi leur compte.

En termes de performance, les cassettes Shimano proposent 11 vitesses pour des pignons qui débutent à 11 dents et se terminent à 42 dents et des doubles plateaux de 46/30 ou 48/31.  Sram vient de sortir une cassette 12 vitesses avec des dentures de 10 à 36 ou 10 à 44 dents et des plateaux du 38 au 46 dents.  Campagnolo propose un choix encore plus large avec sa cassette 13 vitesses pouvant aussi monter jusqu’à 44 dents. Celle-ci est déclinée en 3 versions en fonction de votre type de pratique. Vous le constaterez donc le choix d’une transmission de vélo gravel peut s’avérer un véritable casse-tête. Les débutants auront tout intérêt à opter pour un modèle mono plateau. Au fur et à mesure de leur progression, ils pourront s’en affranchir pour passer au double ou bien rester sur le mono et monter en gamme avec par exemple le nouveau Sram XPLR particulièrement performant.  Le gravel étant une jeune discipline, les marques devraient à l’avenir faire encore évoluer leurs transmissions pour couvrir un spectre plus large de types de pratique.


En fonction des marques, les cassettes disposent de 11 à 13 pignons. ©Sram
Envie de continuer à lire ?